menu Menu
PanDoktor
18 mai 1944 : déportation totale des Tatars de Crimée
By PanDoktor Posted in Mémoire on 17 mai 2017 1 min read
L’Affaire Schwartzbard – Petlioura Previous Fraternité dans le Peuple     Next
La journée dite du "Surgûn" commémore tous les 18 mai la déportation des Tatars criméens, ultime épisode génocidaire suite auquel la Crimée "qui-a-toujours-été-russe" devint russe à 90%. Demain les églises orthodoxes du Patriarcat kiévien vont sonner le glas en hommage aux Tatars de Crimée. Une première historique.

Comme bien d’autres génocides russes et soviétiques, le Surgûn est peu connu en Occident. C’est l’exil de force durant lequel TOUTE la population tatare fut déportée en Asie centrale. Soit 238.500 déportés et 110.000 décès dans les 18 mois suivants, soit un taux de mortalité de 46 % dû à la famine et aux conditions du « voyage ». Peu de temps après le Surgûn, des mesures administratives vexatoires vinrent compléter le nettoyage ethnique : l’autonomie de la presqu’île fut supprimée, et 80 % des noms de localités tatars furent changés en noms russes.

Ukrainiens et Tatars commémorent ensemble cette journée depuis quelques années, notamment depuis l’annexion russe en mars-avril 2014. En Ukraine continentale, une minute de silence sera respectée en hommage au peuple tatar. La Crimée occupée, elle, ne le pourra pas. Les autorités d’occupation ont interdit tout rassemblement, mesure désormais traditionnelle. Auparavant, Tatars et Ukrainiens se retrouvaient au somment du mont Çatır Dağ (Tchatér-dag) en prononçant le mot d’ordre : Millet! Watan! Qirim! qui signifient Peuple! Patrie! Crimée!

Déportation Surgûn Tatars de Crimée


Previous Next

Laisser un commentaire

keyboard_arrow_up