menu Menu
Amina Okouïeva assassinée par un commando
By PanDoktor Posted in L'Ukraine en danger! on 31 octobre 2017 5 min read
Peynier Previous Députés français ayant voté contre l'ukrainisation de l'enseignement en Ukraine Next
Le 31 octobre 2017, vers 20h30 heure ukrainienne, un commando de tueurs embusqués s’est attaqué au célèbre couple de résistants ukraino-tchétchènes, Adam et Amina Okouïev.

Pris pour cible alors qu’il traversait un passage à niveau de la banlieue de Kiev, le couple a essuyé plusieurs rafales d’armes automatiques touchant Amina en pleine tête. Elle n’a pas survécu. Quant à son mari blessé à la jambe, il réchappe pour la seconde fois cette année à un attentat. Le combattant a expliqué les circonstances de l’attentat juste après son hospitalisation.

Amina Okouïeva, chirurgienne et militante de 34 ans, s’apprêtait à rentrer chez elle, dans le pavillon qu’elle construisait elle-même avec son époux. Elle devait ensuite se rendre au chevet du député ukrainien Ihor Mossiïtchouk, lui-même pris pour cible lors d’un attentat à la voiture piégée survenu la semaine dernière à Kiev.

Amina Okouïeva assassinée par un commando

Quelques mois auparavant, le couple avait affronté un premier attentat au cours duquel l’assaillant avait pu être neutralisé in extremis. En juin 2017, en plein centre de la capitale ukrainienne, un faux journaliste avait approché les deux figures de la Résistance tchétchène et tiré à trois reprises sur Adam Okouïev depuis la banquette arrière de leur véhicule. Son épouse eut juste le temps de dégainer, mais sa riposte fut fulgurante. Atteint de quatre balles tirées à bout portant, l’homme s’effondra sans avoir pu atteindre son objectif. Toujours en vie, l’assaillant allait rapidement dévoiler sa véritable identité.

D’après le Parquet de Kiev, Arthur Denisoultanov-Kourmakaïev pourrait être un « envoyé » du président tchétchène Ramzan Kadyrov, dont les sbires opèrent pour le compte du Kremlin depuis une quinzaine d’années. Le malfrat tchétchène, probablement entraîné par les services russes, s’était fait passer pour un journaliste travaillant pour Le Monde dans l’intention d’assassiner Adam Osmaïev. L’homme avait par ailleurs approché d’autres personnalités ukrainiennes en se faisant passer pour un journaliste étranger.

Amina Okouïeva assassinée par un commando

En 2007, Adam Okouïev avait été la cible d’une campagne de presse l’accusant d’avoir projeté d’assassiner le président tchétchène pro-Kremlin Ramzan Kadyrov. L’homme s’était alors réfugié en Ukraine, où en 2012 sous la présidence du félon Yanoukovitvch, une nouvelle campagne l’accusait cette fois de viser V. Poutine en personne. Volontaire au sein du bataillon Doudaïev au tout début de la guerre russo-ukrainienne, Adam Okouïev allait prendre le commandement de cette unité ukraino-tchétchène après la mort héroïque du général Mounaïev, tombé durant la bataille de Debaltsevo en février 2015.

Amina Okouïeva assassinée par un commando
Amina Okouïeva avait été récompensé de l’ordre militaire « Héros du peuple ukrainien » en octobre 2015.

Native d’Odessa, Amina était citoyenne ukrainienne, mais avait vécu en Russie avant de revenir en Ukraine au début des années 2000, une fois la seconde guerre de Tchétchénie perdue. Elle était entre autres l’attachée de presse du bataillon de volontaires tchétchènes « Djokhar Doudaïev » engagé sur le front aux côtés des défenseurs ukrainiens. En première ligne, la combattante ukraino-tchétchène avait commencé par servir en tant quе médecin-assistant puis comme tireur d’élite au sein du bataillon Kéïv-II. Sa personnalité hors-norme et sa médiatisation allaient rapidement en faire une des icônes de la guerre russo-ukrainienne.

L’aura médiatique de la jeune femme et son image de femme-soldat fidèle à ses origines et sa religion forçaient le respect des patriotes ukrainiens. Ne quittant jamais son arme ni son hidjab, Amina était parfaitement consciente du « contrat » lancé contre elle et son mari, mais n’imaginait pas une seule seconde abandonner sa mission. Malgré la notoriété du couple et les méthodes sournoises du Kremlin, la protection du gouvernement Porochenko en faveur des époux venait juste d’être levée. Or le présent attentat s’inscrit dans une série de meurtres méticuleusement planifiés et perpétrés en Ukraine depuis un an et demi contre des journalistes et des militaires résolument antipoutiniens.

Amina Okouïeva assassinée par un commando

Qui plus est, ces attentats en série parfois spectaculaires et filmés par des webcams pourrait bien avoir pour but de nuire à l’image du gouvernement ukrainien et d’amoindrir la confiance des citoyens envers leur propre État. Le premier de ces meurtres avait touché le journaliste blanc-ruthène Pavel Sheremet, animateur de télévision installé à Kiev et dont la voiture a été piégée à l’aide d’une charge de TNT parfaitement dosée. Il y eut ensuite deux responsables des services spéciaux ukrainiens ainsi qu’un autre résistant tchétchène, – tous exécutés selon le même mode opératoire. En outre, un ex-député de la Douma a également été mortellement blessé lors d’une attaque en plein centre de Kiev cette année, sans parler des innombrables assassinats de personnalité en Russie comme en Tchétchénie.

L’identité du commando demeure inconnue, mais hier soir le député du Parti Radical Ihor Mossiïtchouk accusait l’entourage de Ramzan Kadyrov d’avoir assassiné Amina Okouïeva. Il accuse également les sbires de Kadyrov d’avoir attenté à sa propre vie le 25 octobre dernier.

Amina Okouïeva Amina Okuyeva Assassinat Tchétchénie


Previous Next

Laisser un commentaire

  1. Aux dernières nouvelles, un des tireurs était posté aux abords d’un bois, à l’extérieur d’un virage. 10 balles ont touché le véhicule, 6 ont touché ses occupants.

    L’enquête commence très mal déjà : une étuve de munition 7.62 a été oubliée par les enquêteurs à l’endroit indiqué plus haut.

    Amina a rapidement été inhumée selon le rite musulman à Dnipro. Elle ne souhaitait pas de grandes funérailles.

  2. Quelques détails sur les tueurs tchétchènes liés à Ramzan Kadyrov :

    – L’auteur du premier attentat manqué, Arthur Denisoultanov alias « Dingo » est un ancien garde du corps de Ramzan Kadyrov. Il serait également impliqué dans l’affaire du meurtre d’Oumar Israilov en 2009 à Vienne.

    – Oumar Israilov est un héros de la deuxième guerre de Tchétchénie. Vaincu, il a d’abord collaboré avec Kadyrov en entrant dans sa garde personnelle, puis il s’est enfui en Europe où il a déposé une plainte contre lui. Abattu à Vienne en 2009 (à coup de crosse à la sortie d’un super-marché!). Deux Tchétchènes ont été condamnés pour ce meurtre grossier. Mais Lech Bogatyrov, troisième et principal membre du sinistre commando, s’est enfui.

    – Ruslan et Sulim Yamadayev, collabos du Kremlin et néanmoins rivaux de Ramzan Kadyrov, ont été assassinés en 2008 (Moscou) et 2009 (Doubaï). Adam Delimkhanov, député à la Douma et proche de Kadyrov, est suspecté d’avoir commandité l’assassinat de Doubaï.

    – Il existerait une « liste Kadyrov » : 5.000 anti-kadyroviens exilés à abattre ! Selon le député autrichien Peter Piltz, le général Said-Selim Peshkhoyev, proche de Kadyrov et KGB-iste de formation, supervise cette liste.

    https://openrussia.org/notes/715564/

keyboard_arrow_up