menu Menu
PanDoktor
Guerre du Donbass 
Chronologie succincte 2014-2016 
By PanDoktor Posted in Chronologie on 15 février 2017 10 min read
Et avec tout ça... Previous Les trois Maïdanes  Next
Cette chronologie présente dans leur perspective logique les différentes phases de la guerre russo-ukrainienne qui éclata dans le Donbass juste après le soulèvement civique du Maïdane.

Depuis mars 2014 l’Ukraine a perdu le contrôle de sa frontière orientale avec la Russie dans les régions (oblastes) de Donetsk et de Louhansk, occupées par la Russie sous la forme de « républiques » populaires séparatistes. La chronologie du Maïdane (2013-2014) se trouve dans cet article.

Guerre du Donbass 

ACTE I
Invasion russe en Crimée
et dans l’est de l’Ukraine

  • 27 février 2014 — Des « hommes verts » à Simféropil en Crimée. Ils font mine de bloquer le gouvernement et le parlement de la République autonome. Ils ne portent pas d’insignes, mais hissent le drapeau russe et laissent voter les députés en faveur de la Russie. L’armement est moderne, de dotation russe. Sergueï Aksionov, leader d’un parti très minoritaire, Unité russe, est « élu » Premier ministre de Crimée.
  • 28 février 2014: Le nouveau président du Parlement ukrainien et chef de l’État par intérim, Alexandre Tourtchynov, ne signe pas la loi abrogeant le statut de la langue russe comme seconde langue nationale, votée à la hâte le 23 février.
  • 01 mars 2014 — Des « hommes verts » à Donetsk et Kharkiv. Les nouvelles « autorités » de Crimée appellent officiellement la Russie à intervenir. Les deux chambres russes votent le même jour en faveur d’une intervention directe de la Russie en Ukraine et en Crimée.
  • 16 mars 2014 — Référendum express en Crimée. 96,77 % des électeurs optent officiellement pour le rattachement à la Russie. Le 17 mars, le Parlement de Crimée déclare son indépendance, demande formellement à rejoindre la Fédération de Russie et annonce l’adoption du rouble et le passage à l’heure de Moscou. Seuls sept États reconnaissent le « référendum », dont la Corée du Nord. Le 21 mars l’annexion de la Crimée est déjà officialisée à Moscou.
  • 8 avril 2014 — A Donetsk, un gouvernement provisoire séparatiste est formé. Le 12 avril à Sloviansk, le siège de la Sûreté (SBU) est occupé par des « séparatistes ».

ACTE II
Réaction ukrainienne (ATO)
et début de reconquête

  • 13 avril 2014 — Le président par intérim ukrainien Alexandre Tourtchynov annonce le début d’une vaste Opération Anti-Terroriste (ATO).
  • 24 avril 2014 — L’armée ukrainienne lance un assaut pour reprendre la ville de Sloviansk, ville stratégique sur l’axe Kharkiv-Donetsk.
  • 11 mai 2014 — Pseudo-référendum à Donetsk et Louhansk (reconnu par aucun État).
  • 25 mai 2014 — Victoire de Petro Porochenko au premier tour des présidentielles (droite modérée). Les deux candidats dits “ultranationalistes” récoltent moins de 2 % des voix.
  • 17 juin 2014 — Début de captivité de la pilote de combat ukrainienne Nadia Savtchenko, enlevée par des séparatistes et emmenée de force en Russie.
  • 5 juillet 2014 — La ville de Sloviansk libérée. Début de la reconquête progressive des villes occupées par les « séparatistes ».
  • 17 juillet 2014 — Le vol MH17 de la Malaysia Airlines est abattu par un missile Buk sol-air au-dessus d’une zone contrôlée par les (pro)russes.
  • 29 juillet 2014 — Sur le théâtre syrien, l’État islamique (organisation terroriste) proclame un califat sur les territoires contrôles par lui. La déclaration est rejetée par les rebelles syriens du Front islamique et les djihadistes du Front al-Nosra.
  • 22 août 2014 — Étrange convoi « humanitaire » russe d’environ 280 camions conduits par la 76e division d’assaut aéroportée de la Garde (même unité qu’en Géorgie et en Crimée). Le convoi franchit la frontière ukrainienne sans en avoir reçu l’autorisation de la part de Kiev, ni l’habilitation de la Croix Rouge Internationale, ce qui constitue une reconnaissance de facto des incursions russes en Ukraine. « Vives réactions » de l’UE, des USA et de la Grande-Bretagne; l’Otan dénonce en plus les bombardements transfrontaliers de la Russie et son implication militaire directe.
  • 26 août 2014 — Le président Porochenko dissout l’Assemblée.
  • 27 août 2014 — Le « Premier ministre » de la « Rép. Pop. de Donetsk », Alexandre Zakhartchenko, finit par reconnaître que des troupes russes combattent aux côtés des annexionnistes, mais affirme qu’il s’agit de volontaires en « vacances ». Une centaine de blindés lourds et autres lanceurs d’engins franchissent la frontière ukrainienne.

ACTE III
Coup d’arrêt de la reconquête
Contre-attaque russe

  • 28 août 2014 — Les Ukrainiens sont encerclés à Ilovaïsk et subissent un pilonnage en règle.
  • 30 août 2014 — Ilovaïsk, petite ville frontalière, nœud ferroviaire et verrou logistique pour l’approvisionnement de Donetsk en armes russes, est l’objet d’âpres combats entre Ukrainiens et « séparatistes » depuis le 10 août. UN cessez-le-feu est négocié. Poutine est prêt à échanger les parachutistes russes capturés. Les « séparatistes » ne respectent pas le cessez-le-feu et tirent sur les évacués.
  • 31 août 2014 — L’Allemagne et la France contre la livraison d’armes à l’Ukraine, alors que le bilan est négatif pour les troupes ukrainiennes, ayant perdu l’aéroport de Louhansk tenu depuis des mois, et des centaines d’hommes depuis l’arrivée de l’artillerie et des chars lourds russes.
  • 03 septembre 2014 — Volte-face de la France dans le dossier Mistral. L’Élisée qualifie la situation en Ukraine de grave et refuse de livrer les navires d’assaut à la Russie tant que toutes les conditions ne seront réunies. Le contrat ne sera officiellement annulé qu’un an plus tard.

ACTE V
Gel du conflit
Facteur syrien et processus de Minsk

  • 5 septembre 2014 — Minsk I (Bélarus). Protocole préliminaire en vue d’établir la paix, signé lors de la réunion du groupe de contact quadripartite (« séparatistes », Russie, Ukraine, OSCE). Le statut du Donbass n’est pas spécifié, mais il ne prévoit en aucun cas l’autonomie, contrairement à ce que rapporte la presse. Le 9, Angela Merkel reconnaît la présence de troupes russes.
  • Au 10 septembre 2014 — Intervention alliée contre l’État Islamique. La France, l’Australie, le Canada, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, le Danemark et la Belgique ont engagé leurs aviations aux côtés des États-Unis.
  • 16 septembre 2014 — Le Parlement ukr. vote à huis clos deux lois accordant un statut spécial aux régions de Donetsk et de Louhansk occupées. L’amnistie pour les « rebelles ».
  • 23 septembre 2014 — Les forces aériennes américaines, saoudiennes, jordaniennes, des Émirats arabes unis, du Qatar et du Bahreïn interviennent pour la première fois en Syrie et commencent une campagne de bombardements contre l’État islamique.
  • 26 octobre 2014 — Élections législatives en Ukraine. Le parti russe laminé. Victoire totale des modérés ukrainiens.
  • 15 novembre 2014 — Brisbane. Alors que l’Otan vient de confirmer l’entrée de convois militaires russes dans l’est de l’Ukraine, le G20 n’évoque pas officiellement la question du Donbass ni de la Crimée, en dépit des 38 passagers australiens morts dans le vol MH17 abattu par les « séparatistes ». Le 23, le Parlement ukrainien renonce au statut de pays « non aligné » et engage Kiev à « remplir les critères nécessaires pour l’adhésion à l’Alliance atlantique ».
  • 01 décembre 2014 — Abandon officiel du projet de gazoduc russe South Stream contournant l’Ukraine.
  • 05 janvier 2015 — François Hollande assure que Vladimir Poutine n’a pas l’intention d’annexer l’est de l’Ukraine, et demande en conséquence que les « sanctions » soient allégées.
  • 07 janvier 2015 : Paris. Attentat de Charlie Hebdo. Indignation mondiale. Le 11, Marche républicaine à Paris. Présence du président ukrainien. Lavrov, ministre des AE russe, au 4e rang du cortège. (La presse russe couvre peu l’événement, mais accuse Washington d’avoir organisé les attentats !) Pendant ce temps dans le Donbass, reprise générale de l’offensive russe.
  • 13 janvier 2015 — Huit civils morts et plusieurs blessés lors d’un bombardement (pro)russe au poste de contrôle de Volnovakha. La France condamne l’attaque.
  • 13 janvier 2015 — Après 242 jours de combat, l’aéroport de Donetsk est totalement détruit, la tour de contrôle s’écroule après avoir été le symbole d’une défense héroïque grâce aux fameux « Cyborgs ». Retraite des Ukrainiens.
  • 23 janvier 2015 — Marioupil, verrou du couloir terrestre entre le Donbass et la Crimée, subit un bombardement où 30 civils perdent la vie.
  • 29 janvier 2015 — A Bruxelles, le conseil des affaires étrangères décide de prolonger les sanctions de l’Union européenne contre la Russie jusqu’à septembre 2015.
  • 30 janvier 2015 — De nouveau, les accords de paix de Minsk I sont annulés. Apres combats pour Debaltseve, nœud ferroviaire.
  • 12 février 2015 — Accords de Minsk II. Il y est stipulé le retrait des armes lourdes ainsi qu’un contrôle total de l’Ukraine sur la totalité de ses frontières avec la Russie. Marioupil y compris.
  • 18 février 2015 — Debeltseve repasse aux mains des terrorusses.
  • 27 février 2015 — Boris Nemtsov, opposant de Vladimir Poutine, est assassiné à quelques pas du Kremlin. Il était sur le point de publier un rapport sur la présence militaire russe au Donbass.

ÉPILOGUE
Pertes importantes
et humiliation diplomatique

  • Juin 2015 — Alors que l’UE prolonge les sanctions contre la Russie, à Paris les chefs de la diplomatie russe, ukrainienne, française et allemande parlent d’une NOUVELLE CONSTITUTION ukrainienne d’ici à fin 2015 ainsi que l’organisation d’élections locales conformément à la législation du pays. Un STATUT SPÉCIAL PERMANENT pour certains districts des régions de Louhansk et de Donetsk est imposé à l’Ukraine.
  • Août 2015 — Annulation officielle du contrat Mistral entre la France et la Russie.
  • 30 septembre 2015 : Intervention russe en Syrie. Les positions de la Résistance sont touchées. Le 4 octobre à Paris, François Hollande demande l’immunité judiciaire pour les chefs « séparatistes » et un statut spécial pour le Donbass.
  • 13 octobre 2015 — Un bureau d’enquête néerlandais confirme la thèse du missile Buk ayant abattu le vol MH17 de la Malaysia Airlines.
  • 1er janvier 2016 — Embargo russe sur l’importation de certains produits alimentaires, suite à l’entrée en vigueur de l’accord de libre-échange entre l’UE et l’Ukraine.
  • 15 janvier 2016 — Quinze jours après l’expiration du contrat d’énergie avec la Crimée, l’Ukraine suspend l’accès à l’énergie. L’accès sera rétabli à condition d’un retour de la Crimée en Ukraine.
  • 4 février 2016 — Le Parlement européen condamne des niveaux sans précédent de violation des droits de l’homme à l’encontre des Tatars de Crimée ainsi que des restrictions sévères des libertés d’expression, d’association et de réunion pacifique en Crimée.
  • 16 février 2016 — Le premier ministre Arseni Yatseniouk échappe à une motion de défiance.
  • Mars 2016 — Selon l’ONU, depuis le début du conflit, on compte plus de 10.000 morts et 20.000 blessés.
  • Juin 2016  — Selon les statistiques officielles, 1.783.696 réfugiés du Donbass et de Crimée solliciteraient l’aide de l’Etat ukrainien.
  • 07 février 2017 — D’après Ernst Reichel, ambassadeur allemand en poste à Kiev, des élections dans le Donbass peuvent avoir lieu sans que les troupes russes soient nécessairement absentes ou qu’au-dessus de chaque administration municipale soit hissé le drapeau ukrainien. 

­

Annexion Chronologie Crimée Donbass Guerre Hybression


Previous Next

Laisser un commentaire

keyboard_arrow_up