menu Menu
Le cas Berruyer des Crises.fr 
  
By Tarkan Posted in Blog, propagande on 16 mars 2019 6 min read
Aux Hymnes, Citoyens!  Previous Jersey  Next
Le cas Berruyer des Crises.fr 
Aujourd’hui Tarkan vient nous parler du cas Berruyer, animateur d’un site de propagande 100% franco-russe, une petite entreprise qui ne connaît pas la crise… A ce point que le propagandiste et quelques-uns de ses semblables traînent devant les tribunaux l'universitaire Cécile Vaissié, auteur d'un livre traitant des réseaux du Kremlin en France. 

(Article publié en 2015)

Olivier Berruyer, dans sa course à la notoriété, a saisi la balle au bond de la crise ukrainienne. Ce monsieur, actuaire de son état, s’est reconverti depuis 2014 en machine à propagande. Plus de 180 articles sur l’Ukraine à sens unique, dédouanant systématiquement la Russie de toute intervention. La course à la notoriété ne connaîtra donc pas de scrupule, et ce n’est ni un pays, ni un peuple, qui empêcheront Berruyer de devenir bancable, au contraire, autant s’en servir de tremplin !

Outre le fait que ce monsieur n’ait aucune formation en géopolitique, qu’il n’est jamais allé ni en Russie ni en Ukraine, et qu’il ne parle ni russe ni ukrainien, rien de cela ne l’empêche de déverser un flot de haine sur un pays qu’il ne connaît pas. 25 % des Ukrainiens seraient fascistes, et nous sommes proches des discours outranciers d’Ilya Ehrenbourg dans les commentaires de ses articles.

Le cas Berruyer des Crises.fr 
Olivier Berruyer sur BFM en 2014. Il est également apparu dans Ce soir ou jamais, une émission de Frédéric Taddeï, passé depuis sur la chaîne de propagande russe RT.

Ses articles, parlons-en. Ce blog-cantine où l’on sert la soupe est un flot ininterrompu d’informations, mis en ligne par lui-même ou son équipe « bénévole ». Le problème ici est que ce flot quotidien est tellement important qu’il est quasiment inhumain de pouvoir en vérifier de façon sérieuse toutes les sources. Ce travail, je l’ai fait notamment ici.

Il m’a fallu près de 6h pour décortiquer cette carte ubuesque, balancée en vrac au milieu du flot quotidien. Manifestement, personne n’a trouvé nécessaire d’en vérifier 2 ou détails.

Le cas Berruyer des Crises.fr 
Les petits protégés de Berruyer « jouant » dans les débris du Boeing civil abattu par une batterie russe « BUK »

Dans le leitmotiv berruyesque, l’absence de preuve dans l’intervention russe en Ukraine revient sans cesse. Il est clair que nous en sommes encore à nous demander comment une armée de « locaux » peut tenir tête sans être au moins alimenté en munitions, essence pour les blindés, etc. Faut-il rappeler également que les pensions sont réglées en roubles dans la DPR? Que 2 soldats du GRU ont été capturés, au prix de la mort de 3 soldats ukrainiens ?

Toujours est-il que l’affaire du MH17 éclaire encore une fois sur la façon de ce monsieur voit les choses: à sens unique. Nous ne reviendrons pas sur les nombreuses versions russes de l’accident, seulement sur la version du Su25, soutenu par la « mouvance » pro-Poutine, qui, soit dit en passant, à complètement disparu des discussions, et pour cause, ce fut un mensonge éventé. (Deutcshe Welle, 20 minutes.ch, Le Figaro.)

Une autre lubie des pro-russes est de dire que l’Ukraine refuse de donner les enregistrements sur les échanges entre le contrôle aérien ukrainien et l’avion, chose que manifestement le ministre de la Justice néerlandais a démentie en avril 2015. Nous passerons sur l’hypothèse loufoque du contrôleur aérien espagnol de Dnipropetrovsk…

Finalement, nous voyons bien qu’une petite vérification suffit à démonter les théories poussives. Je veux bien croire que les médias contrôlés par la Russie nous expliquent le contraire, néanmoins, au vu du classement peu flatteur de la Russie pour la liberté de la presse (168) ça me semble quelque peu léger… Nous ne reviendrons pas non plus sur les photomontages grotesques.

Le cas Berruyer des Crises.fr 
Grossier montage photoshop censé passer pour un cliché satellite mettant en scène un avion ukrainien et le Vol MH17.

Berruyer, toujours prompt à flairer le bon coup médiatique et à tisser des réseaux (quand ce n’est pas capter celui des autres) a donné son soutien en 2013 au nouveau parti Nouvelle Donne, à gauche de PS, rassemblant un melting pot idéologique rouge brun allant de Larrouturou, Gaccio à Chouart (un brave type qui relaie les thèses conspirationnistes de Meyssan et qui compte en son sein quelques négationnistes bon teint). Sauf que manifestement, la mayonnaise ne prend pas selon nos infos, au milieu des militants d’EELV et des souverainistes divers, Berruyer ne se sent pas à l’aise et lâche l’affaire. Il est clair que profiter d’autrui et militer, ce n’est pas vraiment la même chose. (A lire sur le sujet.)

Mais tout ceci n’est que guerre de sources et d’interprétation. Seulement, on voit bien ici les nombreuses approximations et contre-vérités. C’est tout de même embêtant pour quelqu’un qui pointe du doigt les insuffisances du mainstream… Ce monsieur, par narcissisme malsain, préfère donc courir après la notoriété plutôt que d’équilibrer un peu plus ses sources et ses saillies sur l’Ukraine. A moins que ce ne soit pas rentable en terme de fréquentation? L’objectif étant peut-être de devenir un mainstream soi-même après tout…

Ce qui prête moins à débat par contre est l’opacité avec laquelle ce monsieur gère son association DiaCrisis. Ses appels au don se multiplient et le montant réclamé augmente (5000 € pour le 1er trimestre 2015). Or, nous ne savons rien sur:

  • l’origine de ces dons
  • leur utilisation (autre chose que les camemberts bateaux parlant de %)
  • le diagramme de cette fameuse association (trésorier?)
  • la publication des comptes?

Pour quelqu’un qui se réclame d’une rigueur extrême avec la transparence des états, c’est tout de même embarrassant !! La moindre des choses serait de publier les comptes comme il se doit, surtout lorsque ce sont des bénévoles qui font tourner la boîte.

A lire également, un ancien contributeur invité à la demande d’O. Berruyer qui donne son sentiment sur le fonctionnement de ce blog, il a exigé le retrait de toutes ses contributions pour ne pas donner le sentiment de cautionner les dérives.

Sources:

Berruyer Cécile Vaissié Les Crises.fr Procès


Previous Next

Laisser un commentaire

    1. En revanche, le tribunal a condamné Mme Vaissié et son éditrice à chacune 500 euros d’amende avec sursis pour un seul des passages poursuivis par le blogueur Olivier Berruyer, qui y était accusé d’avoir une « volonté de déformer les faits, d’attaquer ou de tromper, au moins en ce qui concerne les questions russo-ukrainiennes ». Elles devront lui verser 2 000 euros de dommages et intérêts et 2 500 euros au titre des frais de justice, et le passage devra être supprimé en cas de réédition. Lors de l’audience, les 14 et 15 mars, le parquet avait estimé qu’aucun des propos litigieux n’était diffamatoire.

      https://www.lemonde.fr/international/article/2019/06/14/relaxe-quasi-totale-pour-l-auteure-des-reseaux-du-kremlin-en-france-poursuivie-en-diffamation_5476498_3210.html

  1. Le 11 novembre 2019, Sergueï Lavrov, en compagnie d’autres Français tels que Claude Chollet (OJIM), Olivier Berruyer (Les-Crises), André Bercoff (Sud-Radio), Laurent Poultier du Mesnil (Radio Courtoisie) ou encore Philippe Migault (CEAS).

    https://scontent-cdg2-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/75450090_10162695054650096_8828561493202042880_n.png?_nc_cat=108&_nc_oc=AQmgZNIbSZAxjaGYA_ECdPy3uYQDHOF-7B0JkC_kmkfY5_EqYi2u9D8lMBTh_euj2RbdbG0vGPgszm6f9sOlxD9D&_nc_ht=scontent-cdg2-1.xx&oh=1b429d183b3021074dd8cfd4f47ea832&oe=5E5A2A79

keyboard_arrow_up