menu Menu
Les 7 promesses de Porochenko
By PanDoktor Posted in Politique ukrainienne on 27 mai 2014 3 min read
Discours d'investiture Previous Le bleu marine, c'est le nouveau rouge Next
Il s'agissait de gagner la confiance d'un peuple en révolution: c'est désormais chose faite. L'Ukraine enfin unie et sans extrêmes 1 offre moins de prise à la machine de propagande franco-russe. 

Cette confiance instaurée dans un contexte d’invasion et de menaces militaires extérieures semble naturelle, mais elle risque cependant de s’effondrer aussi soudainement qu’elle est arrivée. Après le désastre Youchtchenko 2 (dont Porochenko est d’ailleurs très proche) la légendaire patience des Ukrainiens en politique s’est émoussée. Le président devra faire oublier sa colossale fortune et ses prises d’intérêts dans les médias ukrainiens, sous peine de passer pour le plus oligarchique des oligarques jamais élu dans ce pays.

Ce point crucial fait partie du « top-seven » des promesses électorales qui engagent à présent le magnat du chocolat 3.

  1. Régler le problème avec la Russie dans les trois mois. Le candidat avait promis de régler par voie diplomatique le problème avec la Russie sous 90 jours. Il avait aussi parlé de justice internationale, une semaine avant le scrutin. Il privilégiera vraisemblablement les pourparlers avant de lancer d’interminables procédures.
  2. Vendre tous ses actifs. Quelque chose de semblable avait déjà été dit en 2005, quand Victor Youchtchenko accédait à la présidence. Vendre à bon prix dans le contexte actuel étant impossible, Porochenko va certainement transférer ses parts vers un fonds fermé, dont il sera de fait l’actionnaire principal.
  3. Garder Yatseniouk comme Premier ministre et ne pas trop chambouler le gouvernement actuel. Cette promesse sera certainement tenue, la question étant de savoir combien de temps… Jusqu’aux Législatives, comme paratonnerre, le temps de passer les décrets impopulaires ? Arsène Yatséniouk n’est pas du genre à accepter ce genre de rôle.
  4. Organiser des Législatives anticipées. Elles lui sont indispensables. Mais sur quelle bases constitutionnelles seront-elles assises, on ne sait trop.
  5. Entamer une réforme complète de l’armée. Porochenko a beaucoup parlé en ce sens. Mais dans quelle mesure est-il prêt à purger le haut commandement et y envoyer de jeunes colonels ? – la question demeure.
  6. Lancer la lutte anticorruption. Le candidat a maintes fois déclaré vouloir opérer ce qu’on appelle en Ukraine une « lustration », c’est-à-dire une épuration des cadres de la police, justice, ainsi que des administrations fiscales et douanières. Certes, sans s’étendre sur la façon d’y parvenir.
  7. Ne pas exiger davantage de prérogatives présidentielles. Dans le cas contraire, il faudrait entamer une réforme de la Constitution. Auparavant, Petro Porochenko avait toujours défendu l’idée d’un exécutif plus fort. Dans l’immédiat, la question reste ouverte.

 

 

 

  1. Petro (Pierre) Porochenko vient de gagner haut la main dès le premier tour, tandis que les partis Svoboda et Sektor Droit ne totalisent à eux deux pas plus de 2 %.
  2. Le « héros » de la révolution orange aujourd’hui tombé en disgrâce.
  3. Poroshenko est propriétaire et fondateur du groupe Roshen, un des plus grands groupes mondiaux de confiserie. Il est également présent dans les médias, avec entre autres une chaîne de télévision.

Porochenko Présidentielles 2014


Previous Next

Laisser un commentaire

keyboard_arrow_up